Un ingénieur français et son histoire avec l'avion chinois C919
2017/08/23

Olivier Dubroeucq, vice-président exécutif de Safran, groupe aéronautique français spécialiste notamment de moteurs pour l'aéronautique, s'est dit "fier et enthousiaste" d'avoir travaillé pour le premier gros porteur chinois, le C919.

Cet ingénieur français a de nombreuses raisons d'être fier, notamment en raison de la première mondiale du moteur LEAP-1C, qui a propulsé le C919 lors de son vol inaugural.

"Je suis très enthousiaste, très fier," a confié M. Dubroeucq, également vice-président exécutif du programme COMAC&AVIC de Safran.

"Fier que Safran devienne un partenaire du COMAC. Fier de l'industrie aéronautique chinoise. Et fier de moi-même," a-t-il ajouté.

La Commercial Aircraft Corporation of China (COMAC) est la société qui construit le C919, appareil pour lequel Safran a fabriqué le moteur LEAP-1C et les nacelles (le "capot" du moteur) extérieures pour le C919.

"Vous avez devant vous un nouveau géant de l'industrie mondiale de l'aviation," a indiqué M. Dubroeucq. "La Chine avance à grands pas, et la réussite du vol du C919 en est un."

Le vol inaugural du 5 mai était un test crucial pour l'avion et son système de propulsion.

M. Dubroeucq et son équipe ont été les témoins de cet événement historique à l'aéroport international de Shanghai Pudong.

"La Chine a montré son indépendance dans sa quête de la maîtrise des technologies clés pour la construction d'avions gros porteurs," a-t-il dit. "Cela a également créé des opportunités précieuses pour l'aéronautique mondial."

Plus de 200 entreprises dans 22 provinces et villes en Chine ont participé à la recherche et au développement du C919. Au total, 16 sociétés aéronautiques internationales ont été choisies comme fournisseurs de systèmes, par le biais de 16 joint-ventures nouvellement créés.

La famille des moteurs LEAP intègre les technologies de pointe de Safran et du géant mondial General Electric. Elle comprend le LEAP-1A adopté par le A320neo d'Airbus, le LEAP-1B par le 737MAX de Boeing et le LEAP-1C utilisé par la COMAC.

"Le LEAP-1C a une performance environnementale excellente, avec des taux remarquablement bas de consommation d'énergie, d'émission de gaz et de bruits, rendant le C919 compétitif par rapport à des modèles équivalents," a expliqué M. Dubroeucq.

On se souviendra du printemps de 2017 comme l'époque à laquelle la Chine aura finalement développé de manière indépendante un avion de ligne gros porteur.

Pour M. Dubroeucq, ce fut un grand honneur de commencer à travailler avec la Chine en 2014, participant directement au développement du C919 comme directeur du programme du système de propulsion intégré.

Le projet du C919 a pris deux décennies, mais il a contribué à l'accélération de l'industrie de l'aviation mondiale.

Le moteur LEAP-1C et ses nacelles, par exemple, sont de conception innovante et sont plus légers et plus simples à entretenir que les systèmes de propulsion actuels.

"L'innovation réside également dans l'adoption d'un système de propulsion intégré, qui comprend le moteur, les nacelles et tous les modules afférents," a dit M. Dubroeucq.

La Chine est le deuxième plus grand marché aéronautique du monde, et sa croissance est rapide. Safran envisage de renforcer sa coopération avec l'industrie aéronautique chinoise à travers des joint-ventures et la sous-traitance avec les principaux partenaires chinois du secteur.

"Nous ne travaillons pas dans le court terme en Chine," a indiqué M. Dubroeucq. "Le marché est ici, donc nous sommes ici. Tout ce que nous avons fait prépare la voie pour partager l'avenir."

Suggest To A Friend
  Print